X
Identifiant Mot de passe
  Administrer le blog Créer un Blog ToutApprendre Test de langues
naissance : avant, pendant et après....
Friday 24 November 2006, a 18:29
L'incompatibilité rhésus
 

  Historique de l’incompatibilité Rhésus

Depuis plusieurs dizaines d’années, on sait que le sang humain contient de nombreux facteurs, ou antigènes, qui donnent au sang de chaque individu son caractère unique. Par la suite, on a constaté que deux systèmes antigéniques du globule rouge étaient responsables de la majorité des réactions d’incompatibilité entre le sang de deux personnes. Le premier est appelé "ABO", le second "Rhésus". Un bref historique du système Rhésus nous aidera à répondre aux questions importantes que se posent des parents inquiets, et vous aussi peut-être.

En 1939, des médecins ont publié le cas déroutant d’une jeune femme de 25 ans dont le second enfant était mort au cours de la grossesse. Après l’accouchement, elle a reçu des transfusions sanguines et a été victime de graves réactions. Ce sang, celui de son mari, semblait pourtant compatible avec le sien sous le rapport du système ABO. Les médecins ont supposé que quelque facteur inconnu présent dans le sang de son premier bébé avait "sensibilisé" son sang, d’où la mort de son second enfant et sa réaction au sang de son mari.

Ce facteur inconnu a été identifié plus tard grâce à des expériences réalisées sur des singes rhésus, de là son nom. Cet antigène sanguin a fait l’objet d’intenses recherches dans les années 60, car on s’est rendu compte qu’il était la cause d’une maladie des bébés relativement courante et souvent mortelle: la maladie hémolytique du nouveau-né. L’étude du facteur Rhésus et de cette maladie a permis d’écrire un fascinant chapitre de la médecine.

Rhésus, génétique et bébés malades

Rares sont les gens qui restent insensibles devant un nouveau-né gravement malade ou sans vie. Beaucoup ne supportent même pas de voir un bébé malade ou souffrant, les médecins pas plus que les autres. Mais ceux-là avaient deux autres raisons de s’intéresser tout particulièrement à ce facteur Rhésus tueur d’enfants.

La première était que l’on commençait à connaître cette maladie dans ses grandes lignes et à comprendre le rôle joué par le facteur Rhésus dans ses manifestations pathologiques. Cet antigène est présent sur les globules rouges d’environ 85 à 95 % de la population masculine et féminine. Ses porteurs sont dits "Rhésus positif", les 5 à 15 % qui restent, "Rhésus négatif". Si un individu Rhésus négatif est exposé à un sang Rhésus positif, il risque de produire des anticorps qui détruiront le sang Rhésus positif.

Il s’agit d’une réaction tout à fait normale et courante du système immunitaire, destinée à combattre les envahisseurs étrangers. Le problème se pose lorsqu’une mère Rhésus négatif porte un enfant ayant hérité le sang Rhésus positif de son père. Cette situation est sans conséquence quand le placenta fonctionne parfaitement et que le sang du fœtus reste séparé de celui de la mère. Mais, il arrive qu’une petite quantité du sang de l’enfant traverse la barrière placentaire et entre en contact avec celui de la mère. Cela peut se produire lors d’une intervention médicale, telle qu’une amniocentèse (prélèvement d’un échantillon du liquide dans lequel baigne le fœtus). À moins que du sang du bébé se mélange à celui de la mère au moment de l’accouchement. Quelle que soit la raison, la mère risque alors d’être sensibilisée et de fabriquer des anticorps contre le sang Rhésus positif.

Comprenez-vous ce qui se passe? Une fois que la mère fabrique ces anticorps antirhésus, tous les enfants qu’elle portera seront en danger si ils héritent d’un sang Rhésus positif de par leur père.

Il faut savoir que certains anticorps franchissent le placenta. Ce processus naturel est bénéfique pour l’enfant à naître, car il reçoit ainsi de sa mère une certaine immunité naturelle temporaire. Dans le cas qui nous intéresse, cependant, les anticorps antirhésus de la mère sensibilisée traversent le placenta et attaquent le sang Rhésus positif de l’enfant. Le problème se pose rarement pour le premier bébé, plus fréquemment pour les suivants: c’est la maladie hémolytique du nouveau-né (érythroblastose fœtale, si les dommages sont importants).

Il existe de nombreux traitements, mais, comme nous allons le voir, dont les résultats sont souvent limités. Parlons à présent d’un aspect médical de la question: une éventuelle prévention.

Une découverte en matière de prévention

Nous avons dit qu’il y avait deux raisons pour lesquelles cette maladie a prodigieusement intéressé les médecins. La première tenait à la connaissance plus approfondie et à la meilleure compréhension qu’on avait de ses mécanismes. Quelle était la seconde?

Elle remonte à 1968. Après des années de recherche et de tentatives peu fructueuses pour soigner ces bébés gravement atteints, on a mis au point une technique d’immunisation capable de prévenir la maladie hémolytique. C’était une bonne nouvelle. Mais en quoi consistait-elle?

Vous vous rappelez que les troubles dus au facteur Rhésus (à partir du deuxième enfant Rhésus positif) apparaissent quand du sang du premier enfant Rhésus positif passe dans la circulation sanguine de la mère Rhésus négatif et y provoque la production d’anticorps. N’y aurait-il pas un moyen de détruire les globules rouges du bébé dans le système circulatoire de la mère avant qu’ils ne la sensibilisent?

La méthode mise au point consistait à injecter à la mère une préparation immunisante appelée immunoglobulines anti-D (ou immunoglobulines spécifiques anti-D), connue dans certains pays sous des noms de spécialité comme RhoGAM ou Rhesonativ. Elle est composée d’anticorps dirigés contre l’antigène Rhésus. Son mode d’action est complexe, pour ne pas dire mystérieux, mais il semble être en gros le suivant:

Quand on soupçonne qu’une femme Rhésus négatif a été en contact avec un sang Rhésus positif, après la mise au monde d’un bébé Rhésus positif par exemple, on lui injecte des immunoglobulines anti-D. Ces anticorps attaquent rapidement les globules rouges Rhésus positif provenant du bébé et les détruisent avant qu’ils ne sensibilisent la mère. Cette méthode élimine efficacement le danger pour le bébé suivant, car la mère ne produit aucun anticorps contre le sang Rhésus positif. Les médecins y voient un réel avantage, en ce qu’elle permet de prévenir la maladie.

Tout cela paraît très bien en théorie, mais est-ce efficace? Il semblerait que oui. Aux États-Unis, les cas de maladie hémolytique du nouveau-né ont chuté de 65 % dans les années 70. Bien que de nombreux facteurs aient pu contribuer à ce résultat, il est attribuable pour 60 à 70 % à l’utilisation des immunoglobulines anti-D. Dans une province canadienne, le nombre des victimes de la maladie hémolytique du nouveau-né est passé de 29 en 1964 à 1 entre 1974 et 1975. Dans le milieu médical, on y a vu l’illustration du principe "mieux vaut prévenir que guérir". Après cet historique, considérons quelques questions que soulève souvent cette maladie.

Quels sont les risques d’incompatibilité fœto-maternelle?

Un simple examen sanguin permet de déterminer le groupe Rhésus du père et de la mère. Chez environ un couple sur sept, la femme est Rhésus négatif et le mari Rhésus positif. Certaines caractéristiques de la constitution génétique du père abaissent le taux général de risque à 10 % environ.

Toutefois, il s’agit là de moyennes. Si vous êtes Rhésus négatif et que votre mari soit Rhésus positif, les risques d’avoir un bébé Rhésus positif sont de 50 ou de 100 %, selon la constitution génétique de votre mari. (Il n’existe aucun moyen sûr de déterminer les caractères génétiques du mari, de même qu’il n’existe pas encore de moyen simple de déterminer si un fœtus est Rhésus positif ou négatif.)

Pour la mère Rhésus négatif qui porte un enfant Rhésus positif, le risque d’être sensibilisée, et donc de rendre dangereuses ses grossesses suivantes, est de 16 % à chaque grossesse. Bien sûr, ce n’est là qu’une moyenne. À moins que la mère n’ait reçu antérieurement une transfusion sanguine ou n’ait été d’une autre manière en contact avec du sang, son premier enfant ne court généralement aucun risque de maladie hémolytique liée au facteur Rhésus. Après ce premier bébé, le danger est quelque peu difficile à évaluer pour un cas donné. Telle femme sera sensibilisée dès son premier enfant Rhésus positif. Telle autre portera cinq enfants Rhésus positif ou plus et ne sera jamais sensibilisée. En cas de sensibilisation, le risque de décès pour chaque fœtus Rhésus positif qui suit est de 30 %, l’intervalle séparant les grossesses n’y changeant rien. Il ne s’agit donc pas d’une question à prendre à la légère.

Puis-je savoir par un examen de laboratoire si l’enfant que je porte court un risque?

Oui, dans une certaine mesure. Les taux d’anticorps dans le sang de la mère peuvent être mesurés en cours de grossesse pour savoir si elle produit des anticorps contre le sang de l’enfant. L’amniocentèse permet également de savoir s’il y a destruction du sang du bébé et donc danger pour l’enfant. Toutefois, comme l’amniocentèse peut entraîner elle-même des complications, il convient de l’envisager avec prudence.

L’injection d’immunoglobulines anti-D a-t-elle des effets secondaires?

Son utilisation en cours de grossesse ne fait pas encore l’unanimité, en raison de possibles séquelles immunologiques dont pourrait souffrir l’embryon lors de son développement. Reste que la plupart des spécialistes sont d’avis que l’immunisation est relativement inoffensive tant pour la mère que pour l’enfant qu’elle porte.

Selon les médecins, combien d’injections d’immunoglobulines anti-D sont-elles nécessaires?

Les spécialistes préconisent une injection immédiatement après toute situation au cours de laquelle du sang Rhésus positif risque d’avoir pénétré dans le système circulatoire d’une femme Rhésus négatif. Ainsi, on recommande actuellement l’injection dans les 72 heures suivant l’accouchement si le bébé se révèle Rhésus positif. Il en est de même dans le cas d’une amniocentèse ou d’une fausse couche.

Par ailleurs, des études ayant établi qu’un peu du sang du bébé peut passer dans la circulation de la mère au cours d’une grossesse normale, certains médecins préconisent une injection d’immunoglobulines anti-D à la 28e semaine de grossesse pour prévenir la sensibilisation. Dans ce cas, il est recommandé de faire une seconde injection après la naissance de l’enfant.

Existe-t-il un traitement contre la maladie hémolytique du nouveau-né?

Oui. Bien que la maladie hémolytique du nouveau-né soit une affection grave, il y a de bonnes raisons d’avoir confiance dans certains traitements autres que l’exsanguino-transfusion. La complication la plus redoutée de cette maladie est l’accumulation d’une substance appelée bilirubine, qui provient de la destruction des globules rouges. Cette accumulation se traduit par un ictère (ou jaunisse) et peut, dans certains cas, provoquer des lésions organiques. (Un léger ictère peut apparaître en cas d’incompatibilité des systèmes ABO de la mère et de l’enfant, mais il est généralement moins grave.)

Pendant quelques années, les médecins ont pensé que l’exsanguino-transfusion s’imposait à partir d’un niveau précis d’ictère, mais d’autres traitements ont fini par être mis au point. L’accouchement provoqué ou la césarienne, la photothérapie (lumière bleue), des médicaments, tels que le phénobarbital et le charbon activé, ainsi que d’autres traitements encore, ont prouvé leur efficacité et permis de limiter grandement le recours à la transfusion. En fait, des rapports récents ont mis en évidence l’inutilité, quand ce n’est pas le danger, de l’exsanguino-transfusion chez les bébés atteints de maladie hémolytique.

Il y a néanmoins des situations extrêmes dans lesquelles les médecins ne voient encore que l’exsanguino-transfusion comme traitement possible. Le sachant, certains parents estiment préférable d’éviter tout risque en acceptant les immunoglobulines anti-D, qui préviendront la maladie et donc l’ictère.

Les immunoglobulines anti-D sont-elles préparées à partir de sang?

Oui. Ces anticorps sont prélevés dans le sang de personnes immunisées ou sensibilisées par le facteur Rhésus. Dans l’avenir, on pourrait disposer d’immunoglobulines anti-D produites par génie génétique, et donc d’origine non sanguine.

< Retour
Commentaires
#1
une fleur la vie écrit le Saturday 01 December 2007, A 23:54
Votre article m'intéresse réellement car il serait fort probable que mon bb soit décédés in utéro à huit mois de grossesse pour ses raisons de maladie grave du sang .Etant A- et mon mari A+ , ayant eu un premier enfant A+ et ayant des anticorps contre le rhésus A+ , .Je ne comprends pas pourquoi on n'y a pas fait allusion une seule minute durant ma grossesse qui était parfaite jusqu'à l'annonce du décès.Est-ce un manque de vigilance ,un manque d'informations, j'ai fais confiance en mon suivit et à quoi bon...Auriez-vous d'autres référence d'articles ou de livres sur le sujet, abordable pour moi qui n'ai pas une connaissance scientifique élevée en la matière.Est- ce aussi possible de penser à une autre grossesse dans le future moi qui désirait deux ou trois enfants? Merci d'avance pour votre article très bien fait mais si j'avais su cela plutôt...J'aurais moi-même été encore plus prévenante, plus curieuse des résultats...
#2
CAILLE écrit le Wednesday 11 March 2009, A 13:07
Ma fille est dans le même cas de figure. Elle vient de faire une grossesse extra-utérine, mais il est possible que ce soit une grossesse non menée à son terme pour les raisons déjà évoquée
#3
Marlène écrit le Monday 19 September 2011, A 13:30
J'ai lu tout votre article qui m'aide à comprendre beaucoup de choses qui pour moi était incompréhensible jusque là.
Je suis une maman rhesus négatif, mon mari lui est positif. Nous avons 2 petits garçons de rhesus positif. Pour mon premier tout reste normal, mais pour deuxième un peu de complication...
Je n'ai pas eu l'injection de rhogam et j'ai eu mon deuxième enfant. Comme je l'ai eu 10 mois et demi après mon premier, je pense que les médecins n'ont pas voulu m'affoler!!
Aujourd'hui j'aimerais avoir un petit dernier, mais on me dit que je ne peux pas faire d'injection vu que mon corps a fabriqué des anticoprs. On me dit aussi que l'on risque de s'empoisonner ou de mourir soit le bébé ou moi ou les 2. J'entend et lis beaucoup de choses, mais je ne voit rien sur le fait d'avoir des enfants d'où la mère n'ayant pas eu d'injection.
Quels risques peut-il vraiment y avoir?!
Après l'accouchement peut on developper une maladie? (Sachant que toute grossesse à ses risques).
Y a t-il un traitement avant de tout mettre en route?
Est ce qu'à l'accouchement, le sang du cordon et le mien risque que de nous tuer?
Voila les questions que je me pose...
Merci d'avance si j'ai des reponses
#4
angelique écrit le Monday 19 September 2011, A 23:25
Bonjour, Je n'ai pas assez de connaissances en la matière pour vous répondre précisément.... Je pense qu'un gynécologue répondrait à vos questions....
Je peux juste vous dire que je connais une maman ayant eu le même pb que vous (rhésus négatif et le papa lui positif), et qui a eu 7 enfants, seule une grossesse a posée problème...
Bon courage, et n'hésitez pas à demander à un bon gynécologue....
#5
Marlène écrit le Tuesday 20 September 2011, A 08:07
J'ai rendez-vous le 11 octobre pour plus d'explication, j'espère qu'il pourra répondre à tout ça.
Pour votre ami, elle a eu un problème du au rhésus? Cela me soulage de savoir qu'il y en a autre à qui ça arrive je ne suis pas dans le seul cas!!
Merci d'avoir prie le temps de me répondre...
#6
Bastien écrit le Thursday 29 September 2011, A 20:22
que se passe t-il si on mélange A+ et O- je vous le damande
#7
angelique écrit le Friday 30 September 2011, A 11:29
et bien ce n'est que si la mère est de rhésus négatif qu'il peut y a voir un soucis, si la mère est A+ aucun soucis...
#8
une fleur la vie écrit le Monday 17 October 2011, A 21:57
Alors Marlène des bonnes nouvelles de ton rdv gynéco? Je n'ai pas écris depuis pas mal de temps mais le temps a passé et la vie repris son cour...En effet en sachant tout ces problèmes de rhésus pour moi, mon compagnon et moi nous sommes lancé dans une troisième grossesse en 2008 avec toutes les données en main de plusieurs spécialiste. Grossesse à risque +++, suivi rapproché à Erasme et malheureusement qui à échouée après plusieurs transfusion in utéro pour aider bb à battre mes anticorps qui le rejètait. Les chances était d'une sur deux.... Il a fallu interrompre celle ci à 6 mois de grossesse car bb non viable. Une deuxième petite fille devenue "ange". Beaucoup de souffrances bien entendu deux anges que nous ne connaitrons jamais,. Je ne veux absolument pas dramatiser car ma situation touche une femme sur 800...et les anticorps ne sont pas toujours aussi "fulgurant". Les années nous font accepter petit a petit que nous n'auront pas d'autres enfants "de sang" mais nous ne voulions pas vivre en regretant cet infime espoir de peut-être y arriver.Aujourd'hui cela fait un an que nous avons accueilli un petit garçon comme famille d'accueil. En novembre, on fêtera ses deux ans.La vie nous offre donc d'autres tournantsmême si je n'oublierai jamais.Je n'ai donc qu'une chose à dire, fais ce que tu sens en ayant toutes les infos avec l'accord du papa évidement car le suivi rapproché mérite d'avoir pas mal de soutien. Bonne route et je reste bien entendu à l'écoute.
#9
marlene écrit le Tuesday 21 August 2012, A 18:43
Me revoilà avec un petit espoir... J'ai rendez-vous avec un VRAI spécialiste à l'hospital pitié salpétrière dans Paris le 17 septembre. Je reste confiante, car ce médecin sera vraiment répondre à toutes mes questions. Celui que j'avais été voir, les rumeurs sur lui n'était pas trop plaisante, au moins là je n'aurais plus de doutes!! Je vous tiendrai au courant. @ bientôt
#10
Chloé écrit le Monday 12 November 2012, A 18:14
Je ne comprends pas, je suis du groupe sanguin O+ et pourtant, mon enfant a reçu à la naissance plusieurs exsanguinotransfusions.
Or, dans les explications, on ne parle que du cas où la mère et rhesus négatif.
#11
marlene écrit le Wednesday 13 February 2013, A 09:35
Normalement tu risques rien tu es positif
#12
jeannine écrit le Wednesday 03 April 2013, A 13:25
bonjour suis heureuse d'avoir grâce à mes parents au corps médical du chs St Louis de Paris et ce soldat Américain qui m a donné son sang en 1947 je suis en effet le 1er bb ayant eu une Exsanguino-transfusion par le Proffesseur Chevalier*cette transfusion a était faîte par la veine du bras gauche *jusq'u'à l âge de mes 16 ans le corps médical ne savais pas si cela est une réussite **j'ai 67 ans et je vie encore **alors merci à la recherche médical
Signature pour votre commentaire

Adresse e-mail (facultatif):

M'avertir d'un nouveau commentaire de cet article
code de vérification (ci-dessous)


Présentation
salut tout le monde! Je suis Angélique, maman de 3 garçons et de 2 petites filles, je veux partager avec vous mon goût pour tout ce qui tourne autour de la naissance, je reste toujours fascinée par le fait qu'un petit être puisse se développer en vous comme ça, sans que vous vous disiez "tiens, aujourd'hui je vais faire les yeux", ou" bon, il serait temps qu'il entende ce petit bout, je vais lui faire ses oreilles"... Et heureusement que tout est conçu de façon à ce qu'il se développe automatiquement sans notre aide car il y aurait bien souvent des oublis!!
Je vous laisse donc découvrir tout cela en image, et j'espère que ça aidera certains dans leur choix d'avoir un ptit bout... Bonne lecture!

Envoyer un mail à l'auteur
publicité
commentaire(s)
grossesse après la ménopause? angélique (28/07/2013 17:39)

Gourmet, chacun ses ...

grossesse après la ménopause? Gourmet (20/07/2013 07:59)

Pourquoi insistez vo...

14ème semaine, 3 mois et demi jul_iannie (10/05/2013 14:09)

bonjour, c'e...

L'incompatibilité rhésus jeannine (03/04/2013 13:25)

bonjour suis heureus...

L'incompatibilité rhésus marlene (13/02/2013 09:35)

Normalement tu risqu...

grossesse après la ménopause? raymondaud sandrine (04/02/2013 13:32)

Sandrine 44 ans bien...

L'incompatibilité rhésus Chloé (12/11/2012 18:14)

Je ne comprends pas,...

grossesse après la ménopause? JULIE (01/11/2012 13:53)

BONJOUR ESCE POOSSIB...

Les menus pour avoir une fille ou un garçon Mellex-tagada (20/10/2012 22:29)

Moi et mon fiancé on...

L'incompatibilité rhésus marlene (21/08/2012 18:43)

Me revoilà avec un p...

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter de ce blog renseignez votre adresse mail :


mes catégories
grossesse (32)
foetus (32)
santé (31)
bébé (20)
accouchement (8)
naissance (8)
photo (6)
enfant (5)
alimentation (5)
embryon (5)
famille (4)
avortement (4)
allaitement (4)
tabac (4)
conception (3)
pbve (3)
anne geddes (3)
9ème mois (3)
sexe du bébé (2)
pied bot (2)
génétique (2)
Thierry Amiel (2)
musique (2)
jumeaux (2)
photo bébé (2)
maternité (2)
record (1)
famille nombreuse (1)
Chine (1)
bruit (1)
natalité (1)
prématuré (1)
ménopause (1)
déni de grossesse (1)
communication (1)
vitamine d (1)
incompatibilité rhésus (1)
1er mois (1)
césarienne (1)
7ème mois (1)
yeux (1)
retournement (1)
8ème mois (1)
hoquet (1)
mouvements (1)
bébé (1)
échographie 22 sa (1)
utérus (1)
images foetus (1)
apprentissage (1)
alcool (1)
40ème semaine (1)
video bébé (1)
vidéo (1)
quadruplés (1)
allaitement (1)
nourisson (1)
drogue (1)
vie prénatal (1)
père (1)
Prématurés (1)
psycho (1)
bébés (1)
beauté (1)
cheveux (1)
pieds bot (1)
Daman Wayans (1)
sexe (1)
poids bébé (1)
fille ou garçon (1)
calendrier chinois (1)
stress (1)
pollution (1)
pieds bots (1)
célébrité (1)
praevia (1)
placenta (1)
vaccination (1)
grippe A (1)
sommeil (1)
cystite (1)
bon d'achat (1)
bon plan (1)
price minister (1)
infection urinaire (1)
2nd trimestre (1)
premier trimestre (1)
si seulement je pouvais (1)
calogero (1)
nièvre (1)
insolite (1)
fausse couche (1)
bébés silencieu (1)
massage (1)
pied-bot (1)
De là_haut (1)
Dulce Pontes (1)
nourrices (1)
vidéo accouchement (1)
réductions (1)
promotions (1)
trucs et astuces interne (1)
obésité (1)
Dany Boon (1)
Dr Butag (1)
vidéo naissance (1)
vidéo fécondation (1)
grossesse gazeuze (1)
nouveau-né (1)
Articles précédents
Liste des articles
calendrier
«novembre 2006»
LunMarMerJeuVenSamDim
01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30
archives
2013-02 (1)
2011-09 (1)
2009-11 (1)
2009-08 (1)
2009-03 (1)
2009-01 (1)
2008-12 (1)
2008-10 (4)
2008-08 (1)
2008-06 (2)
2008-04 (1)
2008-02 (3)
2007-11 (2)
2007-09 (7)
2007-08 (1)
2007-07 (4)
2007-05 (1)
2007-04 (2)
2007-02 (2)
2006-12 (9)
2006-11 (9)
2006-10 (7)
2006-09 (31)
2006-08 (29)
thèmes
incompatibilité rhésus
génétique
grossesse
Mes blogs Mongenie préférés
ABC DE LA VIE INUTERO
alain.blog.mongénie.com
La planète dans tous ces états. Phénomène météo, catastrophe terrestre, la vie des humains, les maladies, pollution les bonnes et mauvaise chose, et aussi toute la vie naturelle.
D'autres blogs sur monGenie
0N SE FAIT LA VIE PLUS BELLE -
Liberté Egalité Fraternité
READYTOPLAY
SOLIBLOG
ON VIT UNE EPOQUE FORMIDABLE !
Best Of
Les dangers de la cigarette sur le foetus
Les menus pour avoir une fille ou un garçon
Visites depuis

Le début du mois : 6231

Le mois dernier : 6149

L'ouverture du blog : 212174


** ** © Learnorama - conditions générales - développé par Learnorama - Contact